Et la pluie tomba....

Publié le par Marinchen

Ma première pluie vaut bien un article de blog. Elle est tellement attendue, apaisante, ressourçante, réparatrice et…rare dans ce pays !

Les derniers jours ont été tout particulièrement torrides et pesants. Un soleil de plomb, les 48° quotidiens et un vent chaud qui fait rougir le visage et soulève le sable des rues de Niamey. Tout le monde souffre de la chaleur. C’est le premier sujet de discussion dans les taxis, dans la rue. « Et alors, cette chaleur, comment elle te traite ? ». Les nigériens félicitent même les étrangers pour leur courage de venir au Niger par une telle chaleur. Les gens évitent de sortir entre 12 et 15h. Je l’ai fait il y a deux jours, pour une petite marche d’à peine 15 minutes. Je ne vais quand même pas prendre un taxi pour traverser le quartier ! J’ai bien reconnu ma folie après coup : en rasant les murs pour trouver le peu d’ombre existante, je suis arrivée à la maison trempée et sonnée comme si le soleil avait appuyé toute sa force sur le haut de ma tête. Pas de pluie depuis plusieurs semaines, un ciel dégagé, un soleil provocateur. Il y a quelques jours j’ai rêvé que la pluie tombait sur Niamey et que la fraîcheur envahissait la ville : il y avait des litres d’eau et tout le monde chantait dehors sous la pluie. Ce n’était pas loin des bons clichés sur les Africains en train de faire la danse de la pluie J Bref je me suis réveillée en sueur réalisant que j’étais au Niger en saison sèche et non pas en Inde en période de mousson. Et bim le soir même je suis sacrée marabout : la pluie tombe sur toute la ville avec force !

En quelques minutes un vent violent envahit les rues, les jardins, s’engouffre sous les terrasses, dans les garages et soulève des milliers de particules dans l’air, du sable, de la poussière. Ensuite vient l’odeur. Cette bonne odeur de pluie, de terre et d’eau…ce mélange de chaleur et de fraîcheur qui me rappelle toujours les soirées d’été orageuses de mon enfance. Enfin arrive la pluie. Je suis entourée de quelques français, nous nous mettons dehors et nous laissons tremper avec plaisir, on dirait des gamins !

Après la pluie c’est le paradis. La température extérieure a dû baisser de 7 à 10° en l’espace de quelques heures. On se ballade dans les rues trempées et la nuit devenue fraîche enveloppe tout. L’air chaud que nous respirons d’habitude a laissé place à un air frais, agréable. C’est un vrai répit pour le corps. Et une nuit sans sueurs, sans besoin de boire de l’eau, sans réveils !

Au cours des dernières semaines, je me suis promis de ne plus jamais me plaindre du froid, du gris, de la pluie, de l’humidité, de la grisaille parisienne, des vents glacés d’hiver…je sais bien que je recommencerai à pester contre tout cela en rentrant en France mais en attendant je n’ai jamais été aussi heureuse de voir de l’eau tomber du ciel !  

Commenter cet article

Frederike 31/05/2010 22:45


J'aime baucoup cet article........ je t'embrasse très fort !


DH84 31/05/2010 13:41


Courage... je pense bien à toi